Skip to main content

Est-ce que lâcher prise, c'est lâche, c'est être faible ?
ou au contraire c'est courageux ?

Nous entendons souvent parler du "lâcher prise", expression que je préfère d'ailleurs remplacer par "laisser faire" ou "accepter"...

Ce n'est pas "ne rien faire".   Au contraire, c'est une action volontaire et dynamique.

C'est continuer à agir sans s'inquiéter du résultat, s'occuper de l'avenir sans s'en préoccuper.

Lâcher prise c'est renoncer à tout contrôler, c'est renoncer à prouver quoi que ce soit.

Lâcher prise c'est cesser de faire le procès de la vie qui ne nous donne pas ce que nous en attendions. C’est arrêter de subir.

A partir du moment où l'on peut lâcher prise, où l'on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur c'est cette capacité de garder les mains ouvertes, à faire un pas de côté (comme le personnage de droite sur l’image), plutôt que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

Tenir, subir, nécessite d’être plus « fort », plus solide (donc plus gros), pour résister à la puissance de ce que nous ne pouvons pas contrôler (du jet sur l’image). Nous pensons qu’accepter c’est renoncer, se résigner ou abandonner....

Mais accepter, c’est prendre du recul, laisser faire ce que nous ne pouvons changer, arrêter de se battre contre l’inchangeable, ne plus subir.

Paradoxalement c’est souvent le plus efficace pour faire changer les choses et se sentir heureux... plus léger !